La communauté arménienne de Calcutta

news1

Un nouveau livre d'Alakananda Nag, qui est le travail d'une décennie, montre comment l'histoire de la communauté arménienne est intrinsèquement liée à celle de la ville. « Les Arméniens sont-ils les fondateurs de Calcutta ? questionne l'auteur. La première tombe chrétienne de la ville est celle d'une Arménienne, « Reezabeebeh, épouse du 'Charitable Sookias’ », vers 1630. C'était 60 ans avant que Job Charnock, l'administrateur britannique traditionnellement considéré comme le fondateur de la ville, n'accoste sur ces rives. Certains les considéreraient comme des tremplins pour les Britanniques – de riches marchands arméniens, qui connaissaient le terrain, connaissaient la langue, montraient la voie et aidaient les Britanniques à établir leur puissance. Les Arméniens sont une communauté typiquement diasporique. Ils ont également la facilité de briller et de prospérer partout où ils vont. Et ils ont brillé à Calcutta. Du commerce à l'architecture en passant par les hôtels, les charbonnages, l'édition… ils étaient là pour rester. Pourquoi sont-ils partis ? Pour lire l'histoire complète, consultez l'article de Scroll.in

https://scroll.in/article/1000958/in-images-why-did-the-armenians-leave-calcutta-a-new-book-explores-silences-and-departures

SHARE ON

Submit a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *