Le medicament

"Nous sommes malades; nous sommes malades dans tout le pays et souffrons de la médiocrité, de la médiocrité de notre littérature, de la publicité, du clergé, de l'éducation, de la charité et surtout de la gestion et de la diplomatie … Nos partis n'ont toujours pas perçu qu'ils ne sont pas capables et n'ont pas le droit de poursuivre seuls la cause arménienne, si, bien sûr, le premier et le seul objectif est de parvenir à quelque chose…. Où est l'Organe suprême pan-arménien compétent et pleinement responsable pour entreprendre des initiatives cruciales et prendre des décisions fatidiques – bien étudiées et planifiées … Un seul médicament pourrait nous guérir…"

Seta Rshduni, une jeune fille arménienne de la diaspora, a rencontré Khatchig Tashdents et Hovhannes Shiraz à Erevan en 1972 avec ses proches. Elle les a sollicités pour écrire quelques lignes dans son album. Ces lignes, écrites par les écrivains arméniens indigènes, sont devenues l'impulsion de l'article de Simonian intitulé «Le médicament», publié dans l'édition du 31 janvier 1972 de l'hebdomadaire «Diaspora». «Nous sommes malades dans tout le pays et souffrons de la médiocrité, de la médiocrité de notre littérature, de notre publicité, de notre clergé, de l'éducation, de la charité et surtout de la gestion et de la diplomatie». «Nos écrivains sont médiocres - dans leur prose et leur poésie, nos publicistes sont également médiocres dans leurs merveilleuses réimpressions, nos ecclésiastiques sont médiocres dans leur sacrifice et leur foi». «Nos partis n'ont toujours pas perçu qu'ils ne sont pas capables et n'ont pas le droit de poursuivre seuls la cause arménienne, si, bien sûr, le premier et le seul objectif est de parvenir à quelque chose». «Où se trouve l'Organe suprême panarménien compétent et pleinement responsable pour entreprendre des initiatives cruciales et prendre des décisions fatidiques - bien étudiées et planifiées, pour trouver non seulement des amis, mais aussi des compagnons d'armes et des partenaires, pour ressentir les impératifs de notre histoire, surtout le fait que tout au long de notre histoire, nous avons été riches d'ennemis, mais pauvres d'amis».


«Oui, nous sommes «malades», nous sommes «malades» dans tout le pays, avec des épidémies nationales, et nous n'avons pas besoin d'un seul médicament, mais de plusieurs. Les baumes de notre «Plaie» et de nos blessures ne se trouvent pas dans les pharmacies étrangères, mais dans les nôtres, et nous devons être nos pharmaciens, pas les autres ou les étrangers».
Extraits de l'article «Le médicament» de Simon Simonian, publié dans l'hebdomadaire «Diaspora». «Photo et article, avec l’autorisation de M. Sassoun Simonian».

Lire l'article complet en arménien ici.


SHARE ON

Submit a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.