Les Arméniens pourraient-ils rester une nation mondiale avec une patrie brisée ?

In recent years a new discourse on “global Armenians ” is increasingly becoming part of an effort of constructing a post-Genocide Armenian identity in the Diaspora — and Armenia. These new identity shapers seem to advocate a transition from “survival mentality” to celebration of life and success.

This article discusses key Armenian institutional issues in a global perspective. It argues that Armenian collective life bears the shackles of at least three factors: (a) the past, (b) lack of a “national philosophy”, and (c) transformative leadership. It then suggests ways to building consensus around national issues and finding solutions by bringing three categories of people together: Thinkers (intellectuals, academics, professionals, activists); Doers (elected or appointed executives of organizations) and Makers (visionary individuals who have or control considerable financial and organizational resources).

Ces dernières années, un nouveau discours sur les « Arméniens du monde » fait de plus en plus partie d'un effort de construction d'une identité arménienne post-génocide dans la diaspora – et l'Arménie. Ces nouveaux façonneurs d'identité semblent prôner une transition de la « mentalité de survie » à la célébration de la vie et du succès. Une définition a été fournie dans une lettre pleine page publiée dans le le New York Times (28 octobre 2016), selon laquelle un « Arménien du monde » est quelqu'un qui, malgré ses ancêtres « déplacés et dispersés de force », vit « à travers le monde » et a fait ou fait « des contributions majeures à l'avancement de son pays d'adoption. »[1] Ces « Arméniens du monde » comprennent des scientifiques, des médecins, des ingénieurs et des inventeurs qui apportent des contributions aux sociétés de leurs pays ; des hommes politiques, des ministres et des diplomates en poste dans différents pays ; stars de cinéma, sportifs, banquiers et dirigeants d'entreprise ; et, bien sûr, des célébrités qui comptent des millions de followers sur les réseaux sociaux. En bref, un « Arménien du monde » est quelqu'un qui réussit professionnellement, qui a un impact dans son domaine et qui bénéficie d'une visibilité ou d'une reconnaissance publique.

L'un des principaux objectifs déclarés de cet « Arménienisme mondial » normatif est de «transformer la République arménienne post-soviétique en une patrie dynamique, moderne, sûre, pacifique et progressiste pour une nation globale». C'est en effet une vision à laquelle rêvent beaucoup en Arménie et dans la diaspora. Bien sûr, il y en a d'autres qui utilisent le terme « Arménien global » comme terme descriptif ou comme synonyme de dispersion. [2] 

Pourtant, même si les «Arméniens du monde» semblent prospérer dans le monde, ils ne semblent pas prospérer en République d'Arménie. À de rares exceptions près, les Arméniens du monde semblent exister partout sauf en Arménie. Au lieu de cela, l'Arménie est visible à travers ses oligarques - un petit nombre de personnes qui ont un pouvoir politique, économique, social et même culturel et religieux qui survit grâce à une loyauté incontestée, l'obéissance publique ou l'oppression. Le président Serge Sarkissian lui-même a déclaré à l'ouverture de la 6e législature, lorsqu'il a déclaré : «En effet, aujourd'hui, le visage de la corruption [en Arménie] a changé», soulignant qu'elle « devient de plus en plus visible et intenable». [3]

Non, la grande majorité des Arméniens d'Arménie et de la Diaspora ne sont pas des « Arméniens du monde » qui ont réussi, tels que définis par les évangélistes de ce « nouveau » concept. Vingt-sept ans après le tremblement de terre dans le nord de l'Arménie, quelque 3 000 Arméniens vivent encore dans des abris temporaires. Plus inquiétant encore, un tiers de la population arménienne est pauvre. Il y a 900 000 personnes pauvres en Arménie, selon les chiffres officiels fournis par les services de statistique de l'État. La Banque mondiale définit la pauvreté comme « l'incapacité d'assurer un minimum acceptable pour atteindre certaines conditions de vie ». En fait, la pauvreté a augmenté de 2,3 pour cent entre 2008 et 2015. » Un rapport du gouvernement explique que « le nombre de pauvres en 2015 était d'environ 900 000, dont environ 310 000 étaient très pauvres, et parmi ces derniers, environ 60 000 étaient extrêmement pauvres. [4] Pendant ce temps, dans la diaspora, il y a des milliers de réfugiés arméniens de Syrie rien qu'au Liban, confrontés à une myriade de besoins et d'incertitudes.

Les Arméniens du monde, comme les marchands arméniens sillonnant les océans dès les XVIe et XVIIIe siècles, pourraient avoir préservé des colonies ou continué à maintenir dynamiques les communautés réparties à travers le monde, même s'ils sont confrontés au risque d'assimilation sur plusieurs générations. Cependant, préserver une nation n'est pas la même chose que préserver une communauté. La patrie, l'Arménie, est le garant de la pérennité des Arméniens en tant que nation viable. Boghos Noubar, Calouste Gulbenkian, Alex Manoogian et Kirk Kerkorian, par exemple, sont des exceptions, mais les riches organisations et les Arméniens du monde qui réussissent ne sont pas collectivement aussi riches pour pouvoir préserver un pays. Les individus qui réussissent à eux seuls créent rarement des institutions étatiques essentielles à la prospérité de la société. Les institutions nationales sont créées avec la participation, l'engagement et l'implication de la société dans son ensemble. Travailler ensemble sur des projets spécifiques ou vers des objectifs communs est différent des activités « d'unité » ou « unies », termes souvent répétés dans le discours arménien, mais pratiquement jamais accomplis.

Une nation devient prospère lorsque tous les segments de la société avec leurs talents, leurs capacités et leur large éventail de ressources ― sont engagés dans le processus de construction d'un avenir préféré. Au siècle dernier, nous avons réussi à bâtir des communautés prospères et à préserver l'identité arménienne dans la diaspora. Au cours des 25 dernières années, nous avons été engagés dans le processus de construction de l'État. Mais ce qu'il nous reste à achever, c'est le processus d'édification de la nation un processus qui n'est pas le simple effort d'individus ou d'un certain groupe de personnes, mais un projet collectif à long terme. Nous pourrions considérer l'édification de la nation comme le processus consistant à accomplir ou à mener les efforts commencés dans la diaspora au cours des cent dernières années et depuis l'indépendance de l'Arménie jusqu'à leur « conclusion logique ». En bref, la construction nationale est la construction d'une identité nationale arménienne à travers le pouvoir de l'État arménien.

Et cela nous amène à la question principale : les Arméniens pourraient-ils rester une nation mondiale avec une patrie brisée ? Une patrie en proie à la pauvreté, la corruption et le dépeuplement ?

Alors même que nous devrions célébrer et promouvoir l'Arménienisme mondial - une marque de régénération et d'intégration dans la société mondiale - nous devons être prudents face à la tentation d'écarter les vrais problèmes auxquels la nation arménienne est confrontée. Individuellement, les Arméniens ont eu beaucoup de succès, ils sont devenus des citoyens du monde ; mais institutionnellement, notre vie collective porte le carcan d'au moins trois facteurs :

(a) le passé — nous faisons beaucoup de rétrospection, mais très peu de prospection ; (b) l'absence d'une « philosophie nationale » – ou d'un ensemble de valeurs communes autour desquelles nous pourrions nous rassembler ; et (c) un leadership transformateur — nous avons de nombreux leaders, mais nous semblons manquer de leadership. Permettez-moi de développer ces trois questions.

a) Le passé : changement de perspective

Premièrement, je suggère que nous avons besoin d'un changement majeur de perspective dans notre discours national du passé vers l'avenir. Le passé, notre histoire glorieuse et moins glorieuse, plutôt que l'avenir semblent déterminer ce que nous devons faire dans le présent. En ce sens, les sages remarques du regretté Catholicos Karekin Ier de tous les Arméniens sont instructives : « La glorification du passé ne signifie pas transformer le passé en idole de culte. Si nous continuons à glorifier le passé au point d'en être remplis et ivres… nous trahirions le passé…. Nous sommes un anneau sur cette chaîne [de l'histoire] qui est la marche de notre vie, étalée sur les siècles et allant vers un avenir infini. » [5]

Voir le présent à partir du futur ne signifie pas regarder dans une boule de cristal, mais voir l'impact et les conséquences de nos propres actions et inactions aujourd'hui sur l'avenir, ainsi que déterminer où nous souhaitons aller dans les années et décennies à venir. Par exemple, selon les projections des Nations Unies, en 2050 la population de l'Arménie tombera à 2,7 millions et en 2100 à environ 1,8 million. Alors que la Russie et la Géorgie connaîtront également une baisse de leur population, la Turquie, l'Azerbaïdjan et l'Iran connaîtront une croissance naturelle. [6] Nous savons maintenant ce qui arrivera à la population arménienne dans 30, 40, 50 ans. Il y a vingt ans, nous savions quel impact le système oligarchique aurait sur la population arménienne et le développement économique du pays ; et nous pouvons être sûrs de ce à quoi nous pourrions nous attendre dans 5 à 10 ans si le système de gouvernance actuel en Arménie continue. C'est dans cette perspective qu'il faut regarder le présent à partir de l'avenir.

Deuxièmement, nous devons voir l'Arménie et « l'Arménienisme mondial » dans le contexte des développements mondiaux critiques. Comme Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, l'a décrit, nous vivons dans un monde où « la polarisation sociétale, l'inégalité des revenus et l'orientation vers l'intérieur des pays se répercutent sur la politique du monde réel. »[6] Des changements tectoniques dans la politique , les bouleversements économiques et sociaux remodèlent les relations internationales. Ces changements ont un impact considérable sur les relations entre les pays et la gestion des risques. Au cours des dernières années, le monde a connu une croissance économique lente et continue. Couplé à un endettement élevé et à des changements démographiques, cela a entraîné des crises financières et des inégalités croissantes. L'Arménie, ainsi que les philanthropes et les organisations philanthropiques arméniennes, ne sont pas à l'abri des risques induits par ces changements.

D'un point de vue idéologique, le néolibéralisme - le capitalisme non régulé ou légèrement régulé - est attaqué dans de nombreux milieux à travers le monde comme une idéologie « ratée ». Les politiques néolibérales des dernières décennies ont créé des inégalités dans les sociétés. Ces inégalités remettent en cause les fondements mêmes de la démocratie, comme nous l'avons vu en Arménie et dans le reste du monde : les riches et les puissants ont une plus grande influence sur les politiciens, la représentation politique, l'élaboration des politiques et le discours public que la grande majorité des citoyens.

Pendant ce temps, les progrès technologiques ― « la quatrième révolution industrielle » transforment les sociétés, les économies et les façons de faire des affaires d'une manière jamais vue auparavant. Celles-ci ont des avantages positifs pour les sociétés mais aussi des conséquences imprévues. Alors même que la mondialisation a brouillé les identités personnelles et sociétales, de nombreuses sociétés s'attaquent à ces angoisses en réaffirmant leur identité personnelle et collective. Les relations internationales deviennent moins coopératives et plus introverties. Les émotions, plutôt que la rationalité, informent la prise de décision et le positionnement politique.

Nous devons considérer notre présent du point de vue de l'avenir de la technologie. Nous savons qu'à court et moyen terme, par exemple, l'intelligence artificielle, la réalité virtuelle, l'impression 3D et ces technologies sans précédent deviendront des « perturbations positives ». Quels sont les avantages et les utilisations de telles « perturbations » technologiques pour l'Arménie et les Arméniens ? Quels sont les risques pour les emplois, tels que les caissiers de banque, les ouvriers d'usine, les commerçants et de nombreux autres postes dans l'économie ? Comme l'a écrit The Economist , « il n'est pas idiot de croire que l'impression 3D alimentera les usines du futur. » [8] Dans un monde post-hardware, qui est un sujet de discussion ces jours-ci parmi les spécialistes, « l'intelligence dans le machines, plutôt que les machines elles-mêmes » serait le centre d’attention. [9] Celles-ci auraient certainement des usages et des impacts sur l'éducation, la production culturelle, le commerce et l'industrie, la défense des frontières, etc.

Les risques mondiaux et les tendances sociopolitiques et technologiques qui les animent sont des opportunités pour un leadership réactif. Dans le cas arménien, un leadership qui viserait à élever la société vers la prospérité à long terme en engageant et en collaborant entre les groupes de parties prenantes, de multiples systèmes interconnectés, des domaines d'expertise et des talents. [10] Depuis au moins deux décennies maintenant, nous parlons souvent du manque de leadership adéquat ou du manque de volonté en Arménie et en diaspora pour améliorer « l'état de la nation ». Je crois que le leadership seul ne suffit pas. Ce qui nous manque cruellement, c'est une compréhension claire et commune de nos « valeurs » nationales (արժէհամակարգ). Quelles sont nos valeurs nationales les plus importantes?              

b) Valeurs nationales

Tout au long de l'histoire, je suggère, trois piliers ont été significatifs et constants dans la philosophie nationale arménienne : l'église, l'école et les livres (production intellectuelle) en termes modernes: les valeurs spirituelles/moralesl'éducationet les communications.Ces trois piliers ou institutions ont défini, maintenu et développé l'identité arménienne, en particulier dans la diaspora pendant au moins les trois derniers siècles.

Dans le monde globalisé du XXIe siècle et avec l'indépendance de l'Arménie, ces piliers identitaires éprouvés traversent une période de transition et ont besoin d'être renouvelés. Alors qu'aujourd'hui l'Église, plus précisément les dirigeants de l'Église, ne parviennent pas à fournir les fondements spirituels, moraux et éthiques de l'identité arménienne et de la vie nationale, il y a un besoin d'une « nouvelle philosophie » basée sur la sagesse arménienne riche de millénaires, les valeurs sociales et culturelles qui ont soutenu notre vie nationale, en particulier en temps de grandes crises et de transition.

Aujourd'hui, "l'éléphant dans la pièce" que les dirigeants, ni en Arménie, ni dans la diaspora, ne sont prêts à voir ou à reconnaître est l'absence d'une "philosophie nationale" - une "philosophie" au sens le plus large, en particulier ses dimensions morales et éthiques... Comme le montre l'expérience des 25 dernières années, le développement politique et économique, la cohésion sociale, la justice sociale de base, etc. resteraient problématiques sans l'adoption, la promotion et l'exercice d'ensembles de valeurs morales/éthiques – des valeurs à la fois universelles et arméniennes. En bref, quelles sont les composantes de valeur de l'identité arménienne ?

Armenians like to compare themselves often with Israel and the Jews or with other European nations. Let us look at a few examples of values that are upheld by various societies. In Denmark, for instance, Danish values and philosophy are woven around the idea of interdependence in society. Their sense of “safety and comfort” comes from the surety that material and psychological benefits of living in a society are tangible and accessible. In the “Danish way of thinking” having a secure life is more sensible than taking big risks. SLe partage et la communauté sont complétés par le sentiment de sécurité et, par conséquent, « l'idéal de l'État-providence ». À Singapour, des valeurs telles que l'intégrité, la résilience et le travail d'équipe le respect et la valorisation de « chaque individu et sa contribution » font partie des ensembles de valeurs qui guident les individus et les organisations. Comme pour les Juifs, par exemple, dans une enquête sur les valeurs juives de 2012, lorsqu'on leur a demandé ce qui guidait leurs convictions et leurs activités politiques, 8 Juifs américains sur 10 ont répondu « rechercher la justice (84 %) et prendre soin de la veuve et de l'orphelin (80 %) ; 55 % supplémentaires ont déclaré « voir chaque personne l'image et la ressemblance de Dieu. » [11]

Fait intéressant, selon une récente enquête du centre de recherche PEW sur les croyances religieuses et l'appartenance nationale en Europe centrale et orientale, les Arméniens ont obtenu les scores les plus élevés dans quelques catégories parmi 18 pays. Les Arméniens ont tendance à être plus philosophes que leurs pays voisins : 79 % des Arméniens disent qu'ils « pensent souvent au sens et au but de la vie » ; 57% « ressentent un lien profond avec la nature et la Terre ; 83 % « croient au destin » et 72 % aux « miracles » ― le plus élevé parmi les pays interrogés. [12]

Quelles sont ou devraient être les valeurs fondamentales qui fourniraient un dénominateur commun aux Arméniens. C'est la question à un million de dollars et l'un des problèmes les plus complexes et compliqués. Je crois que les réponses à de telles questions devraient être le résultat d'un processus de réflexion, de discernement et de délibérations collectives et publiques. 

Je n'ai pas de réponse toute prête, mais je commencerai par deux éléments - les deux autres piliers que j'ai notés ci-dessus. Tout au long de notre histoire, l'éducation, l'école, a été l'une des institutions les plus importantes de notre vie nationale. L'éducation (« l'amour de la sagesse ») fait partie de notre tissu national : de l'âge d'or du Ve siècle aux « universités » monastiques arméniennes médiévales (comme Tatev et Haghpat) à la création d'écoles prioritaires pour la survie après le génocide, etc. L'éducation, comme nous le savons par expérience, n'est pas seulement l'école, mais un projet plus large qui inclut l'inculcation de valeurs, la construction du caractère, etc. En bref, l'éducation est le processus ou le véhicule par lequel la « philosophie nationale » est transmise et devient une expérience vivante.

Enfin, le troisième pilier est la communication. Des manuscrits anciens aux dizaines de milliers de journaux, magazines, périodiques au cours des derniers siècles, les moyens de communication ont été le ciment qui a relié la nation arménienne ensemble – intellectuellement, moralement et empiriquement. En l'absence d'État, la transmission des connaissances et des valeurs par la presse écrite fait partie de notre tissu national. Aujourd'hui, nous avons des opportunités plus larges avec les nouvelles technologies pour atteindre des millions d'Arméniens plutôt que seulement quelques Arméniens ou des communautés locales comme avant.

En bref, toute approche sérieuse et transformatrice de notre vie nationale doit inclure ces piliers qui définiraient la « nouvelle Arménie » au 21e siècle. Si nous voulons voir des progrès dans les années à venir, une approche holistique du développement de la vie nationale arménienne est nécessaire, par exemple, il est devenu très clair que vous ne pouvez pas laisser la politique en dehors de l'équation des relations Arménie-diaspora. Alors que les aspects économiques et humanitaires ont été des domaines bien étudiés pour le développement national, il n'y a eu pratiquement aucune discussion sur notre « philosophie nationale » qui serait guidée par l'éducation et les communications qui relient nos « valeurs » présentes au passé et construit un avenir enviable.

c) Leadership : que faut-il faire?

Au cours des 25 dernières années, des problèmes et objectifs extérieurs ont été imposés à l'Arménie et aux Arméniens. Cependant, en interne, l'un des problèmes les plus critiques pour la prospérité du pays a été le manque de leadership réactif et responsable - non pas le manque de dirigeants, mais le leadership. La société civile, tant en Arménie que dans la diaspora, n'est pas impliquée dans les processus décisionnels et politiques. Les institutions de la diaspora églises, partis, organisations communautaires impliquent rarement leurs membres ou la communauté plus large dans leur prise de décision. Généralement, les professionnels indépendants, les experts, les universitaires, les hommes d'affaires sont ignorés, à moins que ce ne soit pour leurs contributions financières ou leur apport limité.

La première étape vers la construction d'un consensus autour d'une «philosophie/valeurs nationales » consiste à créer un leadership visionnaire et transcendant, qui articulerait et aborderait les problèmes nationaux les plus critiques. Une telle étape rassemblerait les connaissances, l'expérience, les talents et les ressources d'un large éventail d'individus, d'institutions et de dirigeants organisationnels et communautaires apparemment déconnectés mais tout aussi bien intentionnés. L'objectif devrait être de transcender les agendas personnels ou organisationnels pour le plus grand bien de la patrie et des Arméniens du monde entier.

 Je crois que trois catégories ou groupes de personnes doivent se réunir pour surmonter les échecs de telles tentatives passées. Les trois catégories sont, ce que j'appelle, les penseurs, les faiseurs et Réalisateurs

Penseurs (մտաւորականներ: intellectuels, universitaires, professionnels, militants qui sont indépendants vis-à-vis des programmes paroissiaux et qui ont des antécédents d'approche objective des problèmes nationaux.

Faiseurs (վարչականներ): cadres élus ou nommés d'organisations qui ont un impact et une influence dans le monde arménien.

Réalisateurs (նիւթական միջոցներու տէրեր): individus visionnaires qui possèdent ou contrôlent des ressources financières et organisationnelles considérables, qui valorisent les efforts collectifs pour des bénéfices à long terme plutôt que des succès à court terme.

Bien sûr, il y a eu de nombreuses tentatives dans le passé et il y a des organisations pan-arméniennes qui font beaucoup de bien pour l'Arménie et les Arméniens. Cependant, pratiquement aucun n'a été capable d'articuler, de mettre en œuvre et d'engager les Arméniens autour d'une «philosophie» nationale pour le 21e siècle. Il y a, en effet, des leçons à tirer des réussites et des échecs passés.

Si nous souhaitons rester une nation mondiale, nous devons réparer notre patrie en tirant des forces et des leçons du passé, mais nous devons envisager le présent du point de vue de l'avenir. Dans ce processus, nous devons prêter attention à notre axiologie et à nos valeurs culturelles pour compléter et renforcer nos efforts en faveur de la prospérité économique et, en particulier, du leadership politique.

Le défi ultime est de savoir comment donner vie aux idées, valeurs et orientations collectives vers un avenir préférable dans notre vie nationale ?

*This is a shorter version of a paper presented at ARPA Institute’s 25th Anniversary Conference, entitled “Armenia in the 21st Century: A Strategy for Long-Term Development,” held in Los Angeles, 15 July 2017. Anniversary Conference, entitled “Armenia in the 21st Century: A Strategy for Long-Term Development,” held in Los Angeles, 15 July 2017.

Notes
[1] « L'avenir des Arméniens du monde est maintenant », publié sous forme de publicité dans le New York Times, https://auroraprize.com/en/news/detail/10454/future-for-global-armenians-is-now (18 mai 2017). Voir aussi « 50 Global Armenians », Mediamax.am,
http://www.mediamax.am/en/news/50-global-armenians/10608/ (18 May 2017).
[2] Par exemple, la suggestion d'une «société arménienne mondiale émergente».
http://armenianweekly.com/2014/09/08/ani-narod/.
[3] «Ազնվություն, գումարած պրոֆեսիոնալիզմ, հանած կոռուպցիա. Սերժ Սարգսյանի հաջողության բանաձեւը», Armtimes.com, mai 18, 2017, Armtimes.com, May 18, 2017,
http://armtimes.com/hy/article/112398.
[4] Service national des statistiques de la République d'Arménie, « Partie 1 – Arménie : Profil de la pauvreté en 2008-2015 », publié en 2016 : 37-38. http://www.armstat.am/file/article/poverty_2016_eng_2.pdf.
[5] Գարեգին Ա. Կաթողիկոս Ամենայն Հայոց, Կեանքը ի Հաղորդութեան ընդ Աստուծոյ, Լոնտոն, 2015, 56.
[6] « The Global Risks Report 2017, 12th Edition », Forum économique mondial, Genève, 2017: 4.
[7] https://www.weforum.org/agenda/2017/02/don-t-give-up-on-europe/
[8] « Les usines du futur », The Economist, 1er juillet 2017: 19. The Economist, 1 July 2017: 19.
[9] Richard Waters, « Google se tourne vers Assistant alors qu'il s'efforce d'être à la pointe de l'évolution de l'IA », Financial Times, 6 octobre 2016, p. 21.
[10] « The Global Risks Report 2017, 12th Edition », Forum économique mondial, Genève, 2017: 4.
« Danemark―le pays, sa mentalité, son mode de vie, ses valeurs » http://www.limbistraine.com/ro/cercetare/ Gabriela-Sauciuc/2.Denmark-Country-mentality-lifestyle-values.html#_ednref7« Vision, mission et valeurs », https://www.mfa.gov.sg/content/mfa/aboutmfa/ vision_mission_values.html; Robert P. Jones and Daniel Cox, choisis pour quoi ? Valeurs juives en 2012, Public Religion Research Institute, 2012: 2.
[12] Pew Research Center, Croyance religieuse et appartenance nationale en Europe centrale et orientale,, pewresearch.org, 2017: 81, 96.

This article was originally published in English in EVN Report, 16.09.2017

SHARE ON

Submit a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You May Also Like