Qu'est-ce qui nous unira en tant qu'Arméniens ?

De nombreux facteurs nous ont unis ; la religion, en particulier le christianisme, a été l'un des facteurs de l'unification. La langue et la littérature ont encore renforcé le lien. Notre passé et notre histoire, nos héros, leurs exploits et les mythes ; les défaites et les victoires ont aussi beaucoup contribué à notre union.

La volonté de surmonter le plus grand crime commis contre les Arméniens au cours des cent dernières années, le génocide arménien, a réuni les fragments survivants du peuple arménien et leurs descendants. "La question arménienne" (Hay Tahd) est devenue le centre non seulement de notre vie politique, mais aussi de nos vies religieuses, nationales et culturelles.

Un survol aussi rapide de notre histoire aurait indiqué que l'indépendance de l'Arménie et la victoire de la première guerre d'Artsakh auraient cimenté nos liens à jamais.

Malheureusement, cela ne s'est pas produit. Non seulement cela, mais la principale raison de la défaite de la deuxième guerre d'Artsakh était le manque de cohésion interne pour faire face à l'inévitable adversité. Et après la défaite, les divisions internes ont atteint des niveaux dangereux qui ont des ramifications existentielles.

De plus, quand on regarde l'état des peuples qui nous entourent, comme les Palestiniens, les Kurdes, les Yézidis, etc., il devient clair que la seule garantie pour la protection et la continuité d'une nation est l'ETAT. Les peuples apatrides sont soumis à la violence, au génocide et sont menacés d'extinction.

Donc:
Quelles qu'aient été nos valeurs, la préservation des Arméniens et sa continuité, notre « Saint des Saints » est notre ÉTAT.

Les autorités sont temporaires, mais l'État et le statut d'État sont éternels. Cela devrait être notre vision et notre perspective. Il n'y a pas d'autre moyen d'assurer le salut du peuple arménien.
- Nos fêtes "traditionnelles" ne sont pas sacrées !
- Aucune des centaines de fêtes de la patrie n'est sacrée.
- Les politiciens - présidents, premiers ministres, politiciens - sont tous transitoires.
- Notre église, plus que toute autre, a joué un rôle décisif pour la préservation et l'unité nationale mais ne peut être une institution de substitution dans l'unification du peuple arménien.

Pour la survie de notre peuple, la seule chose sacrée aujourd'hui et pour longtemps est notre ÉTAT!

Tandis qu'une valeur, la seule et unique valeur qui doit unir les représentants à l'Assemblée nationale arménienne - le Parlement - est l'amour de notre Patrie.

Krikor Kradjian

SHARE ON

Submit a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You May Also Like